• Accueil
  • Plan du site
  • Nous contacter
  • Rechercher
  • Diminuer la taille de la police
  • Rétablir
  • Augmenter la taille de la police
IVRY LA BATAILLLE

Visite du patrimoine/Visitez Ivry/Moulins

Moulins

La situation géographique d’Ivry la Bataille trouve sa raison d’être grâce à la rivière d’EURE.

Elle a été navigable de très bonne heure : on trouve des documents faisant apparaître le transport des matériaux de la construction du château d’Anet.

Son cours a été également utilisé pour créer une force motrice. Des moulins ont vu le jour au fur et à mesure du temps pour le meulage de la farine, le foulonnage, le travail du cuir, l’entraînement de tours et outils divers.

Recensement de ceux-ci :

Sur le site de l’ancienne abbaye : les moines avaient déjà mis en place cette structure. En 1804 une filature de coton s’installe. En 1869 (la nuit du 23 au 24 Avril) un incendie détruisit les ateliers de cette usine hydraulique où s’étaient établis des fabricants de peignes, d’ouvrages en ivoire, de la passementerie et d’instruments de musique.
(Sources : le Mauduit et les archives municipales)

Pont de la porte à bateaux dite porte Marinière : peu d’archives sur ce site. Hormis que la roue qui existait était la plus large d’Ivry : 2,50 m. Elle a été démontée il y a une vingtaine d’années.

Les grands moulins ou Moulins l’abbé : ils avaient été construits probablement au XVII ème siècle et détruits tout début du XX ème. Il ne reste aujourd’hui que les locaux du grand restaurant réputé et deux roues abritées dans deux maisonnettes au bord du pont. Leur fonction première semble avoir été de moudre le blé (les moines y percevaient des taxes) puis des ateliers artisanaux s’y sont greffés pour utiliser la force motrice.

Le moulin de la Portelle : c’est celui qui se situe un peu en retrait des précédents. Les tanneries qui oeuvraient dans ce quartier ont pu l’utiliser pour laver et traiter les peaux.
C’est le site principal d’Ivry dans la facture d’instruments de musique : la famille Thibouville s’y installa dès 1871. Les jolis murs de briques virent passer plusieurs générations de luthiers. Depuis 1981 il n’existe plus d’activités artisanales à cet endroit : Mr Camboulive y a aménagé un gîte rural en conservant tout le cachet de l’ancienne usine. Dans les bâtiments plus près de la rue différents ateliers se sont succédés : des peignes (suite des tanneries à cause de la corne), au milieu du XX ème siècle se sont installés les établissements Solido puis plus récemment une laverie.

Pour un historique détaillé du lieu : contact@thibouville.com
Pour contacter le propriétaire : fcamboulive@gmail.com