• Accueil
  • Plan du site
  • Nous contacter
  • Rechercher
  • Diminuer la taille de la police
  • Rétablir
  • Augmenter la taille de la police
IVRY LA BATAILLLE

Visite du patrimoine/Visitez Ivry

Maison Henri IV

LA MAISON HENRI IV dite aussi Maison de l'Ange

Ce nom aurait été donné à cette maison parce que le roi Henri IV y aurait logé après la bataille du 14 mars 1590 dans une chambre qu’on appelle encore aujourd’hui « la chambre d’Henri IV ». C’est faux ! Après la bataille, la retraite des troupes de la ligue s’opéra suivant deux directions : une partie, commandée par le Duc de Nemours, passa l’Eure au gué de la Tourniole (Anet) et l’autre dirigée par le Duc de Mayenne se dirigea sur Ivry, franchit l’Eure et coupa les ponts derrière lui. Le maréchal de Biron poursuivit les fuyards jusqu’à la ville. Nombre d’entre eux tentèrent la traversée et se noyèrent plutôt que d’être massacrés. Pendant que Biron en terminait, Henri de Navarre (futur Henri IV) cherchait lui aussi un gué pour passer l’Eure. Celui de Nantilly paraissait dangereux, il remonta donc la rivière. Les ponts étant coupés par Mayenne, il passa l’Eure au gué de la Tourniole. Le gros des troupes royales avait franchi l’Eure plus en aval au gué de l’épine à Neuilly et l’ensemble se regroupa pour se diriger vers Mantes. Le roi arriva de nuit au château de Rosny, propriété de Sully où il put enfin se reposer. C’est vrai ! Henri IV, dans la plénitude de sa puissance, est venu en 1603, avec la reine Marie de Médicis, revoir le lieu où il avait remporté une victoire décisive sur ses adversaires en vue de l’obtention du trône de France. Un indien sculpté Sur la façade de la maison de l’ange, au-dessus de la porte du magasin, une tête d’indien est sculptée. Il convient de se rappeler que dès 1599 le roi accorda le monopole du commerce des fourrures à Tadoussac en Nouvelle-France à François Dupont-Gravé et à Pierre Chauvin. En 1603, Champlain est envoyé avec François Dupont-Gravé pour fonder Québec qui est le départ de la colonisation française en Amérique. Des enfants indigènes de Québec et de Trois–Rivières sont envoyés vers 1627 en Normandie pour adoption. (Histoire des Normands, collectif, Nathan 1987- p.283)